COEUR & ARTÈRES - Décembre 2014 - N°4 - page 8

vous pouvez commander gratuitement nos brochures et posters toute l'année, via notre site web ou par téléphone.
8
Prof. Em. P. BLOCK
questions – réponses
J’ai 66 ans. suite à la diminution de
ma condition physique, psychique et
sexuelle, mon médecin m’a prescrit
des patches de testostérone. depuis
je me sens mieux. mais on m’a dit que
ce traitement augmentait le risque
d’accidents cardiovasculaires. est-ce
vrai ?
Comme vous, surtout aux E-U, de plus
en plus d’hommes ont recours pour
les raisons que vous évoquez, ou pour
développer leur musculature, aux
patches ou gels de testostérone.
il est vrai qu’en avançant en âge, la
production de testostérone diminue
de manière très variable selon les
individus.
Ce traitement s’est révélé être efficace
pour traiter l’hypogonadisme primaire
(affection rarissime caractérisée
par une quasi absence de sécrétion
de testostérone) et diminuer les
complications cardiovasculaires plus
fréquentes chez ces patients.
Ce traitement est par contre loin de
faire l’unanimité quant à son utilisation
pour les raisons que vous évoquez,
compte tenu d’effets secondaires
pouvant être graves, dont la possibilité
d’un risque accru de cancer de la
prostate, et surtout de complications
cardiovasculaires.
Ce danger fut pour la première
fois évoqué après l’interruption
prématurée en 2010 d’une étude
(prospective et randomisée) effectuée
par l’université de Boston (étude TOM)
sur les effets de la testostérone, il
est vrai sur une population âgée et
à risque cardiovasculaire accru. Le
nombre d’accidents cardiovasculaires
y est multiplié par 5 par rapport à ceux
n’en prenant pas.
Ceci fut confirmé par une autre étude
financée par des instituts nationaux
de santé, parue dans la revue PLos
ONE analysant le suivi entre 2008 et
2010 de 56.000 hommes âgés ou d’âge
moyen, ces derniers avec un risque
cardiovasculaire accru.
Celle-ci rapporte un doublement des
complications cardiovasculaires chez
ceux traités par testostérone ; ceci ne
fut pas le cas chez ceux de moins de
65 ans sans facteurs de risque.
Enfin, une étude publiée en novembre
2013 dans le journal américain JAMA,
révèle, après un suivi moyen de 27
mois, un accroissement de 30% des
complications cardiovasculaires
graves (décès, infarctus et accidents
cérébrovasculaires) chez les hommes
prenant de la testostérone.
il est vrai que nombreux étaient ceux
avec un risque accru lors de l’inclusion
dans l’étude, mais ceci aussi bien dans
le groupe recevant la testostérone que
dans celui sans.
Dans toutes ces études, les personnes
traitées avaient un taux plasmatique
de testostérone nettement diminué,
(condition indispensable pour pouvoir
justifier un tel traitement).
On peut se poser la question si
ceci résulte d’effets directs de la
testostérone (sur la coagulabilité,
la tension artérielle, la stimulation
de la croissance de la musculature
lisse de la paroi des vaisseaux et de
phénomènes inflammatoires à ce
niveau, favorisant la formation de
plaques d’athérosclérose) ou indirects
par la stimulation de l’activité physique
et sexuelle, et même de l’agressivité
en cas de surdosage.
On se doit cependant de mentionner
que cette dernière étude fut
récemment l’objet d’un certain nombre
de critiques méthodologiques qui a
incité le NiH d’entamer une nouvelle
étude prospective et randomisée
dont les résultats devraient être
inattaquables.
Cependant des résultats similaires
furent retrouvés dans une méta-
analyse d’études randomisées publiée
en 2013 dans BMC Medicine.
Enfin, tout récemment, la ‘Drug
and Food Administration’ (agence
de sécurité américaine) a attiré
l’attention sur le danger accru de
thrombophlébite.
Cette même agence a également fait
appel à un groupe de travail pour
définir les conditions requises pour
son utilisation.
Ceci doit nous inciter à être
particulièrement prudent si l’on veut
prendre de la testostérone pour cette
indication, ou pour aider à développer
sa musculature (très mauvaise
indication).
On demandera toujours l’avis d’un
endocrinologue et/ou urologue qui se
baseront entre autres sur les valeurs
plasmatiques de testostérone et l’on
tiendra compte de tous les facteurs de
risque cardiovasculaires.
||
connaissez-vous les chiffres de votre coeur ?
TENSION
ARTÉRIELLE?
CHOLESTÉROL?
POIDS/
TOURDE TAILLE?
VOUS?
TAUXDE
SUCRE?
E.R.:Dr Freddy Van deCasseye -Rue desChamps Elysées 63 -1050Bruxelles
LigueCardiologique Belge
ouvrir
Petits choix au quotidien,
grands effets sur la santé
Mieux manger, mieux bouger,
pour le plaisir et le cœur
NicolasGuggenbühl,DiététicienNutritionniste, avec laparticipationduProfEmChristianBrohet (UCL)
etduProfErnstRietzschel (UniversitédeGand)
Mesuresvisantà fairebaisser la tensionartérielle :
-Mesures touchantau stylede vie (voir lepoint4 : les règles
d’or)
-Médicamentsantihypertenseurs : laplupartdespatients
doiventprendreplusieursantihypertenseurspourparvenirà
contrôler correctement leur tension.
Autresmesures :
Ilpeut s’agirdemédicamentshypocholestérolémiantsou
d’antiagrégantsplaquettaires comme l’aspirine.
7.Seules lespersonnes stressées souffrent
d’hypertension !
Faux. Le stresspeut faire grimper la tensionartérielle.Mais
souvent, cetteélévationn’estque temporaire.Toutefois, le
stresspsychosocialpeutégalemententraîneruneélévation
persistantede la tensionartérielle.Souvent, ilestpossiblede
distinguerunehypertensiondueau stressd’unehypertension
permanenteaumoyend’unemesurede la tensionartérielle
durant24heures.
8.Quelest l’objectifd’un traitement
antihypertenseur?Pourquoi traiter
l’hypertension?
L’hypertensionartérielleaugmente le risquedemaladies
cardiovasculaires,et surtout celuid’accident vasculaire
cérébral,d’infarctusdumyocarde,de vasculopathieetde
néphropathie. Ilestprouvéque ladiminutionde la tension
artérielle
9.Quels sont les risques si jene traitepas
monhypertension?
Vous risquezdedévelopperunemaladie cardiovasculairede
manièreprécoce (àunâgeplus jeuneque lanormale)et,
éventuellement,de connaîtreundécèsprématuré,des suites
de cettemaladie.
10.Quels sont les symptômesde
l’hypertension?
Lamajorité des patients hypertendus se sentent bien. Ils
ne présentent pas lemoindre symptôme.Mais lorsque
certains patients présentent des symptômes
d’hypertension, c’est lemal de tête qui est le plus
fréquent.
>>>
NEPRENEZPLUSDERISQUES
RISQUECARDIO-VASCULAIREGLOBAL
11.Est-il conseillédemesurer sa tension
soi-même?
L’auto-mesurede votre tensionartériellepeutêtreuneaide
pour contrôler votre tension.Mais vosmesuresde tension
artérielledoiventêtreeffectuéesdansdes conditionsbien
standardisées (après5minutesde repos,enpositionassise,
lebras reposant surun support fixe),etdepréférenceà l’aide
d’un tensiomètredont lamanchette seplaceautourde votre
brasetnonautourde votrepoignet. Ilest recommandéde
discuterdes résultatsde vosmesurespersonnellesavec votre
médecin. Lui seulpeutévaluer si votre traitementdoitêtre
ajusté. Iln’estpas recommandéd’ajuster vous-même votre
traitementen fonctiondes valeursque vousobtenez.Si vous
êtes terriblementpréoccupéà chaque foisque vousprenez
vous-même votre tension, il vautmieux vousabstenirde le
faire.Parlez-enà votremédecin.
Dr.Ph. vandenBorne
PrésidentduComitéBelgede lutte
contre l’Hypertension
NEPRENEZPLUSDERISQUES
RISQUECARDIO-VASCULAIREGLOBAL
AVEC LA LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE
Lutter contre lesmaladies cardiovasculaires
Plate-formed’informationsetd’échangesautour
desmaladies cardiovasculaires
enbelgiqueau servicedespatients.
Notremissionprioritaire:
rendre l’informationdepréventiongratuite
etaccessibleà tous.
LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE
RUEDES CHAMPS ELYSÉES, 3
1050 BRUXELLES
TÉL. : 02/649 85 37 – FAX : 02/649 28 28
E-MAIL :
Réalisation:MEDIPRESS SERVICES s.a.
EDITEUR RESPONSABLE: DR FREDDY VAN DE CASSEYE
HYPERTENSION
LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE
DES REPONSES CLAIRES
psamtik@Fotolia
HypertensionFROKXP9_Document1 25/07/12 16:26 Page5
6
6.Est-cevraiqu’enmodifiantsimplementson
alimentation l’onpeutdéjà fairebaisser
son tauxdecholestérolde15%?
La réductionducholestéroldans l’alimentationetdesacidesgras
saturéspermeteffectivementde réduire lecholestéroleten
btenirenmoyenneune
d’environ10%duLDL-C.Certainesalimentations
particulières tellesquecellesque l’onvoitchezdesvégétariens
peuvent réduire fortement le tauxduLDL-C jusqu’àdesvaleurs
de30%.Cesalimentationscontiennentgénéralementdes
stérolsvégétaux,desprotéinesdesoja,des fibresvisqueuseset
éventuellementcertainesgraines (amandes).
Parcomparaison, il fautsavoirque lesmédicaments lesplus
actifs fontbaisser leLDL-Cde50à60%.
7.Apartirdequanddonne-t-ondes
médicamentspour fairediminuer le
cholestérol?
Ladécisiondedonnerdesmédicamentspour fairediminuer le
cholestérolnedépendpasenpremier lieudes tauxde
cholestérol. Ilexisteeneffetdespersonnesquiontdes tauxde
cholestérolélevésetquine fontpasnécessairementde
problèmes cardiovasculaires.L’importantn’estpasdediminuer
le cholestérol,maisbiende réduire le risquede faireun
accident cardiovasculaire.Ce risqueest liénon seulementau
tauxde cholestérolmaiségalementàd’autres facteurs (tabac,
estionestdoncde
asede l’ensembledes facteursde risque,
lipidiquesetnon lipidiques, le risque cardiovasculaireest
augmenté. Si lemédecinestimequ’ilestmajoré, il fautalors
agir sur tous les facteursde risquequipeuventêtremodifiés,
c’est-à-dire stopper le tabac, réduire lapressionartérielle,…et
diminuer le tauxde cholestérol.Pourdiminuer le cholestérol,
il faut,dansunpremier temps, rééquilibrer l’alimentationet,
en casdepersistanced’un taux tropélevé,desmédicaments
peuventêtreenvisagés. Il faut savoirqu’une réductiondu
LDL-Cde25à30%apportedéjàunbénéficeen termede
prévention,maisque les valeurs idéales sontprobablement
beaucoupplusbassesque cequiestencore recommandé
actuellement.
8. Jenecomprendspas le lienentre l’exercice
physiqueet lecholestérol !
L’activitéphysique régulièreetsoutenuemodifiede façon
favorablebeaucoupdeparamètresqui influencent le risque
cardiovasculaire :aideà lamaîtrisedupoids, réductionde la
pressionartérielle,améliorationde laviscositédusang,
>>>
NEPRENEZPLUSDERISQUES
RISQUECARDIO-VASCULAIREGLOBAL
NEPRENEZPLUSDERISQUES
RISQUECARDIO-VASCULAIREGLOBAL
AVEC LA LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE
Lutter contre lesmaladies cardiovasculaires
Plate-formed’informationsetd’échangesautour
desmaladies cardiovasculaires
enbelgiqueau servicedespatients.
Notremissionprioritaire:
rendre l’informationdepréventiongratuite
etaccessibleà tous.
LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE
RUEDES CHAMPS ELYSÉES, 63
1050 BRUXELLES
TÉL. : 02/649 85 37 – FAX : 02/649 28 28
E-MAIL :
Réalisation:MEDIPRESS SERVICES s.a.
EDITEURRESPONSABLE: DR FREDDY VAN DE CASSEYE
CHOLESTEROL
LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE
DES REPONSES CLAIRES
GabrieleJasmin@Fotolia
développementdescirculationscollatérales,améliorationde la
résistancede l’insuline,…
En termede lipides, lemauvaischolestéroln’estpas influencé
par l’activitéphysique.Celle-ciparcontreaugmente leHDL-Cet
diminue le tauxdes triglycérides,modificationsquipeuventêtre
perçuescomme favorablessur leplancardiovasculaire. Ilapar
ailleursétédémontréque l’activitéphysique régulièrepermet la
remobilisationducholestéroletsonexcrétionde l’organisme.
9. Jenesuispasgrosetpourtant j’ai tropde
cholestérol !
L’alimentation richeencholestérolou l’excèsdepoids favorise
l’augmentationducholestérol.Commedéjàsignaléplushaut,
ilpeutexisterdesanomaliesgénétiquesqui fontque leLDL-C
n’estpaséliminédemanièresuffisante.Danscecas,bienqu’il
soit toujoursutiledecontrôlersonalimentationetdenepasavoir
depoidsexcessif, ilestclairquedesmodificationsmême
drastiquesde l’alimentationetdupoidsnepeuvent faire
diminuer le tauxdecholestérol.
Prof.F.HELLER
BelgianLipidClub
Cholesterol FR OK 20/08/09 9:13 Page 5
Cecimeparaîtassezdifficileà retenir !Onsaitqu’uneffortdemarche
àviveallurepermetà laplupartdesadultesd’atteindreune
fréquencecardiaqueprochede lavaleurmaximale.De lasorte,une
règlesimpleestde
préconiser30minutesdemarche
quotidienneàbonneallure
,parexemplecellequevous impose
lapromenadedevotregrandchien,ouunealluresuffisantepour
«mouillersachemise»en restantendeçàduseuilde
l’essoufflement.Chez lespersonnesâgées,marche régulière,
natationetactivitésde jardinagesont recommandées.
2.Ya-t-ildessportsdéconseilléspour lecoeur.
Sioui, lesquels?
Iln’yapasvraimentdesportsdéconseilléspour lecoeuren
tantque tels
.Toutdépenddesonétatcardiaque,desonniveau
decapacitéphysiqueetdesonâge.Nousavonsdéjàvu la
différenceentresportsd’enduranceavecexercicesdynamiquesà
préférerauxsportsde résistanceavecexercices isométriques,bien
quechezunsujetenbonnesantéuncertainmélangedesdeux
typesd’activitén’estpasproscrit.L’attentiondesmédiasaété
focaliséesurcertainssportsquisemblaientcomporterun risque
cardiaqueplus important,parexemple lesquashenGrande
Bretagne, le footballet lecyclismeen Italie, lebasket-ballauxEtats-
Unisetc.En fait, lenombre rapportéd’arrêtscardiaquespendant le
sportdépenddavantagede lapopularitédece typedesportdans
lepaysconcerné,doncdunombredepratiquants,etde la façon
dont lescassontdépistéspar les fédérationssportives.Bien
entendu, l’intensitédusport intervientégalement :onsaitqu’une
demi-heuredesquashéquivautàuneheurede tennisensimpleen
cequiconcerne ladépenseénergétique !
Chez les
athie
congénitaleouacquise - le typedesportdevraêtresoigneusement
choisien fonctiondu typedecardiopathie.Lecardiologuedoitêtre
consultéet ilsebaserasurunensemblede recommandations
internationalesconcernantquel typedesportestautorisépour tel
typedemaladiecardiaque.
3. J’aidéjàétévictimed’un infarctus,quepuis-je
fairecommesport?
Aprèsun incidentcardiaquemajeur telque infarctusdu
myocarde
, l’activitéphysique resteautoriséeetmêmeconseillée
carelle intervientégalementpour réduire le risquede récidivesou
complications,cequ’onappelle la«préventionsecondaire».
L’exercicephysique faitpartiede la réadaptationcardiaquedans les
6moisquisuiventun infarctusdumyocarde.Lameilleure façonde
réalisercette réadaptationestdeparticiperauxséances
pluridisciplinairesorganiséesdansundescentresde réadaptation
cardiaqueagrééespar l’INAMI.Au termedes45séancesqui font la
partbelleauxexercicesphysiquesmenéspardes
kinésithérapeutesspécialisésdans ledomainecardiaque,on
>>>
NEPRENEZPLUSDERISQUES
RISQUECARDIO-VASCULAIREGLOBAL
observe n augme ationd lacapacitéphysiqued vantage liée
auxefft périphériquesd’adaptationmétaboliqueet
hémodynamiquequ’àunaccroissementde la fonctioncontractile
dumyocarde.
Plusieursétudes regou ant nnombresuffisantdepatientsont
démontréuneffet favorabl de réductionde20à25%de la
mortalitécardio-vasculairemaispasd’effetsignificatifsur les
récidivesd’infarctus.
Après l’époquede la réa aptatio cardiaquepo -infarctus, la
poursuited’uneacivitéphysiqu est toujoursconseillée,
éventuellementpar laparticipationauxactivitésde«coronary
clubs»oùunecertainesupervisionmédicale tassurée, umême
de façonautonome,e ch isissantunniveaud’activitémodérée,
enseméfiantdessportsvigoureuxoude l’espritdecompétitionqui
amèneraientlespatientsàdépasser l spot tialitésde l ur
capacitéphysiqu et risqueraientdeprovoquerdesarythmies
dangereuse.
Prof.Chr.BROHET
Cliniq esUniversitaire Saint-Luc,UCL
NEPRENEZPLUSDERISQUES
RISQUECARDIO-VASCULAIREG OBAL
AVEC LA LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE
Lutter contre lesmaladies cardiovasculaires
Plate-formed’informationsetd’échangesautour
desmaladies cardiovasculaires
enbelgiqueau servicedespatients.
Notremissionprioritaire:
rendre l’informationdepréventiongratuite
etaccessibleà tous.
LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE
RUEDES CHAMPS ELYSÉES, 63
1050 BRUXELLES
TÉL. : 02/649 85 37 – FAX : 02/649 28 28
E-MAIL :
Réalisation:MEDIPRESS SERVICES s.a.
EDITEURRESPONSABLE: DR FREDDY VAN DE CASSEYE
EXERCICE
PHYSIQUE
LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE
DES REPONSES CLAIRES
ikophotos@Fotolia
Exercices Physiques FR OK 20/08/09 9:16 Page 5
Certainsalimentsdits« fonctionnels», sontenrichis nstérlsvégétaux
dans lebutde réduire le tauxdecholestérol.Deuxà troisgrammesde
stérolsvégétauxpar jourpermettentd’obtenirune réductiondu tauxde
chlestérolLDLde10à15%,sansmodificationducholestérolHDL.
Cesaliments fnctionelsdoiventêtreconsommésdans lecadred’une
alimentationéquilibré,deprférence rich en fruitsete légumes,afin
depallierune légèrediminutionde l’assimilationdeceraiscomposés
intéressants,comme le caroténoïds.
7.L’huiled’oliveest rcheenoméga-3
–FAUX.
L’huiled’olivesecaactéris parune t eurélevéeen
acidesgrasmono-insaturés, esacidesgrasquioccupentune
plac importa tedansune limentationéquilibré .Toutefois,ellene
contientpratiquementpasd’aidealpha-linolénique (ALA),unacide
grasess ntieloméga-3.
Laplupartdeshuilesvégétales (tournesol,maïs,soja…)contiennent
beaucoupd’acide linoléïque (LA), unautreacidegrasessentiel,
maisde la familleoméga-6. Ilest importantde respecteruncertain
équilibreentr les méga-6et lesoméga-3,carnotreorganismene
peutpaspasserde l’unàl’autre.Or,cetéquilibren’estactuellement
pasatteint,parma qued’oméga-3.
Leshuilesquiensont richessontcellesde lin,decolza,dechanvre
etdenoix,ainsiquecertainsmélangesd’huileoudesmatières
grassesàbasedeceshuiles.
8.Lesaliments« light»nesontpas toujours
pauvresengraisse
–VRAI.
Lesaliments« light»sontdesalimentsallégés (en
matièregr
ntparune
réductionde l’ordrede30%dematièresgrasses,desucreet/oude
calories,par rapportaumêmealimentenversionhabituelle.Dans
certainscas,parexemple lesboissons,celadésignemêmedes
produitsdans lesquels tout lesucreest remplacéparunédulcorant
intense.Mais«allégé»nesignifiepas toujours« léger» !
Ilexistecertains«pièges».C’est lecasdeschips« light»,quisont
effectivementmoinsgrasquedeschipsclassiques,maisdont le
contenuengraisse (etenacidesgrassaturésetensel) reste trèsélevé,
etsontdoncpeu recommandablesdansunealimentationéquilibrée.
9.Lepainmulticéréalescontientautantde
fibresalimentairesque lepaincomplet
–FAUX.
Lepaincompletou« intégral»estpréparéavecune
farinecomprenant l’ensembledusondugraindeblé (ou froment).
Lespains«multicéréales»sontdespainsconfectionnésaudépart
deplusieurscéréalesdifférentes,mais rienneditqu’ils’agitde
farinescomplètes. Ilspeuventparfaitementêtrepréparésavecdes
farines raffinées.Enpratique, ilssontsouventplus richesen fibres
que lepainblanc,maisencontiennentmoinsque lepaincomplet.
>>>
NEPRENEZPLUSD RISQUES
RISQUECARDIO-VASCULAIREGLOBA
NEPRENEZPLUSDERISQUES
RISQUECARDIO-VASCULAIREGLOBAL
AVEC LA LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE
Lutter contre lesmaladies cardiovasculaires
Plate-formed’informationsetd’échangesautour
desmaladies cardiovasculaires
enbelgiqueau servicedespatients.
Notremissionprioritaire:
rendre l’informationdepréventiongratuite
etacces ibl à tous.
LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE
RUE DES CHAMPS ELYSÉES, 63
1050 BRUXELLES
TÉL. : 02/649 85 37 – FAX : 02/649 28 28
E-MAIL :
Réalisation:MEDIPRESS SERVICES s.a.
EDITEURRESPONSABLE: DR FREDDY VAN DE CASSEYE
VRAI OU FAUX
«ALIMENTATION
ET SANTE»
LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE
DES REPONSES CLAIRES
Batman2000@Fotolia
Certainspainsmulticéréales très«aérés»peuventmêmeêtre
pauvresen fibres,etdoivent leurcouleur foncéeà lamélasse,
utiliséecommecolorantnaturel.
Quantauxpains«gris», la teneuren fibresestplusoumoins
importante,en fonctionde laproportiondesondebléutilisée.
10.Leshachisdeviande (saucisse…)
contiennent jusqu’à1/3de leurpoidsen
graisse
–VRAI.
Contrairementauxviandesqui,une foisdébarrasséesde
leurgraissevisible,sontsouventpeugrasses, leshachis renferment
desquantités importantesdegraisse.Celapeutatteindre1/3du
poids (hachisdeporc,deporc-veau,deporc-bœuf,demouton,chair
àsaucisse,painsdeviande…). Celas’expliquepar le faitqued s
morceauxdegraissepériphériquesont incorporés lorsduhachage. Il
existecependantaussideshachismaigres (purbœufmaigreou«
américainnature»)quicontiennentmax.5%dematièresgrasses.
Ceshachispeuventêtreutiliséspour«couper»deshachisplus
gras,afinde réduire la teneurengraissede l’ensemble.
NicolasGUGGENBÜHL
DiététicienNutritionniste
Alimentation et santé FR OK 20/08/09 9:11 Page 5
es (prescription
indicedemasse
facteursde
pasdeperdre
erdredu
esphysiques
itement,en
pathologies
d’un
ocierune
erdredu
us lesgroupes
n reposesur
e féculentset
férenceau
tre
resajoutés
euventêtre
pour
e.
jectifs réalistes,
ede l’excèsde
gpeut
se)oude
ng.
uctiondupoids
ificativedes
èsdepoids
e taillepeut
risque
entque,
mètrede la taille
n risque accru,
dû à un excèsde graisse ntra-abdominale, et ce,dèsqu ce
périmètredépasse80 cm chez la femm et94 cm chez
l’homm .
10.Avecd lavolontéetunbon régime, il
d itêtr possible eperdre r pidement
dupoids.
C’estuneopinionsimpliste : leschosessontpluscompliquées
qu’une« recette» transitoireetnécessitentune réponseadaptée
àchaquecas. L’opinionprévautatuellementque l’excèsde
poidsestunemaladie, tqu’elleestchronique. Ilestcependant
possiblede lacontrôler ! C’estpourquoi lameilleurepriseen
chargedeceproblè est interdisciplinaireetestbaséesurun
changementdestyledevi .
Dr.M.KUTNOWSKI
ForumObésité
NEPRENEZPLUSDERISQUES
RISQUECARDIO-VASCULAIREG OBAL
AVEC LA LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE
Lutter contre lesmaladies cardiovasculaires
Plate-formed’informationsetd’échangesautour
desmaladies cardiovasculaires
enbelgiqueau servicedespatients.
Notremissionprioritaire:
rendre l’informationdepréventiongratuite
etaccessibleà tous.
LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE
RUEDES CHAMPS ELYSÉES, 63
1050 BRUXELLES
TÉL. : 02/649 85 37 – FAX : 02/649 28 28
E-MAIL :
Réalisation:MEDIPRESS SERVICES s.a.
EDITEURRESPONSABLE: DR FREDDY VAN DE CASSEYE
OBÉSITE
LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE
DES REPONSES CLAIRES
©BlaineStiger - FOTOLIA
etdesanomali s lipidiqueschez lesdiabétiques réduit la
survenuedescomplicationsetdesdécèscardiovasculairesdans
les5ans.Sicelan'apasété fait, l' xamenestégalement
recommandéà tous les individuscardiaques. Plusieursétudes
ontmontréque laproportiondesujetsdi bétiquesoususpects
dediabèteméconnusétaitextrêmementélevéechez lessujets
quiétaientvictimesd’un infarctus.
5.Quelleest l'importancedescomplications
cardi vasculairespar rapportauxautres
complicationschez lediabétique?
Lescomplicationscardiovasculairessontaujourd'hui lesplus
fréquenteschez lediabétiqueet ilestdésormaisclairement
démontréqu lecontrôlede tout s lesanomaliescardiovasculaires
etde tous les facteursde risqueestaumoinsaussi important,voire
plus importantque lecontrôl
de laglycémiepour lepronosticà
long termedesdi bétiques.
Lescomplicationscardi vasculairesconstituent lapremièrecause
demortalitédesdiabétiques. Chez lediabétique, le risquededécès
par infarctusestmultipliépar2à3etmêmesi lesujetest tiré
d'affairedans l'immédiat, le risquedemortalitéultérieureestenviron
ledoubledeceluiobservédans lapopulationgénérale. Le risque
d'artérite (quipeutconduireà lagangrène)estmultipliépar4à6et
le risqued'accidentvasculairecérébralpar2à3.L'existence
d'autres facteursde risqueclassiques intervientégalementpour
majorer le risque. Il fautsouligneràceproposque l'augmentation
dans lesangdes triglycérides (une formeparticulièrede lipides),qui
n'estp
ns lapopulation
génér
tions
cardiovasculaires
e
ncasdediabète.
Le risquedecomplicationscardiovasculairesestégalement
fortementaugmenté (3à7 fois)encasd'atteinte rénaledueau
diabète.
Enfin il fautsavoirque lesatteintescardiovasculairesdu
diabétiquesontvolontierssilencieuses,cequi faitque l'infarctus
dumyocardepeutêtre lapremièreetparfoishélas ladernière
manifestationde l'atteintedescoronaires.Cetteparticularité
expliquepourquoi la recherched'uneatteintecoronairedoitde
fairede façonsystématiquede façonàmettreenœuvre les
traitementsquis'imposent.
L'artéritedesmembres inférieurségalementpeutêtre indoloreet
n'êtrediagnostiquéequ'àunstade tardif.
6.Si jeme traitecorrectement,
jenecrains rien...
Rienn'estsansdoutepas le termeapproprié,mais ilestclairqu'un
diabétiquebien traitécourtmoinsde risquequ'undiabétiquemal
traité. Ilconvient toutefoisde rappelerque le traitementdudiabète
nese limitepas, loins'en faut,à laprisedemédicaments. Laprise
>>>
NEPRENEZPLUSDERISQUES
RISQUECARDIO-VASCULAIREGLOBAL
enchargeoptimale inclutunvoletnutritionneletcomport mental
quiaautantd'importanceque levoletmédicamenteux. Parailleurs
le traitementdudiabètenese limitepasà ramener laglycémiedans
les limitesde lanormaleetàavoirunehémoglobineglycosylée
7%. L'hémoglobineglycosyléeest la fractionde l'hémoglobine
(substancequidonne lacouleurauxglobules rouges)qui fixe le
glucosedusang.Comme leglobule rougeauneduréedeviede3
mois, l'hémoglobineglycosyléeest représentativede laglycémie
moyennesur3mois. L'objectifglycémiqueest important,mais il
doitallerdepairavecunenormalisationde tous les facteursde
risquecardiovasculaires traditionnelspourassurer lameilleure
préventioncardiovasculairepossible.
Acepropos, il fautsavoirquepour les lipideset l'hypertension
artérielle, les limitesende
t recommandéde
parvenirsontplussévèrespour lesdiabétiquesquepour la
populationgénérale (TA<130/80mHg,cholestérol-LDL<1g/let
triglycérides<1,5g/l).
Cettesévéritédes recommandationss'expliquepar ledegré très
élevéde risque liéà laprésenced'undiabète.En termesde risque,
l'existenced'undiabèteestconsidéréecomme l'équivalentde
l'existenced'un infarctusancien.
NEPRENEZPLUSDERISQUES
RISQUECARDIO-VASCULAIREGLOBAL
AVEC LA LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE
Lutter contre lesmaladies cardiovasculaires
Plate-formed’informationsetd’échangesautour
desmaladies cardiovasculaires
enbelgiqueau servicedespatients.
Notremissionprioritaire:
rendre l’informationdepréventiongratuite
etaccessibleà tous.
LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE
RUEDES CHAMPS ELYSÉES, 63
1050 BRUXELLES
TÉL. : 02/649 85 37 – FAX : 02/649 28 28
E-MAIL :
Réalisation:MEDIPRESS SERVICES s.a.
EDITEURRESPONSABLE: DR FREDDY VAN DE CASSEYE
DIABÈTE
LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE
DES REPONSES CLAIRES
DanielFleck@Fotolia
Diabete FR OK 20/08/09 9:14 Page 5
journal de la
ligue cardiologique belge
- tél.: 02/649 85 37
LC_Newsletter 12_dec2014_GDpublic_FR.indd 8
3/12/14 16:18
1,2,3,4,5,6,7 8
Powered by FlippingBook