COEUR & ARTÈRES - Décembre 2014 - N°4 - page 3

article médical
C
M
J
CM
MJ
CJ
CMJ
N
Prof. Em. Christian Brohet
3
En fait, l’Organisation Mondiale de la santé a édicté des
règles claires concernant la pratique « raisonnable »
d’exercices physiques à tous les âges de la vie:
• Les jeunes (
<
20 ans)
doivent pratiquer des
exercices physiques d’intensité modérée pendant
1 heure chaque jour de la semaine (et si possible
des exercices d’intensité soutenue 2x/semaine).
• Les adultes (20 à 64 ans)
doivent pratiquer une
activité physique d’intensité modérée pendant
½heure 3 à 5x/semaine (et si possible des
exercices d’intensité soutenue 2 à 3x/semaine).
• Les seniors (
>
65 ans)
doivent pratiquer une
activité physique d’intensité modérée pendant
½heure par jour, 5 jours par semaine (ou une
activité soutenue ¼heure/jour, 5 jours par
semaine, ou la combinaison des deux).
Et finalement, on est aujourd’hui convaincu que tout
type d’activité physique est profitable : bouger, c’est
ce qui compte! Par exemple,
la marche quotidienne
est une excellente façon de protéger son cœur et ses
artères, et c’est le meilleur sport à conseiller aux
personnes âgées. Quel type de marche ? Comme
disent les scouts, la meilleure façon de marcher, c’est
de mettre un pied devant l’autre, et de recommencer…
La
«marche nordique»
convient bien entendu à
ceux qui le désirent. Une marche « sportive », à vive
allure (4-6 km/h) permet à certaines personnes
habituellement sédentaires d’atteindre un niveau de
fréquence cardiaque maximale ! Mais une marche à
allure «normale» (3-4 km/h) effectuée chaque jour de
la semaine est déjà bénéfique. Cela vaut mieux que de
rester assis à son bureau, devant son PC du matin au
soir, et de se forcer à courir 1 heure 3x/semaine.
D’ailleurs, toute activité physique même très réduite,
par exemple durant les tâches ménagères ou le
jardinage, peut être prise en compte. Une étude
canadienne toute récente a même montré que le
simple fait de rester debout au travail une partie du
temps au lieu de rester assis, même sans activité
particulière, s’accompagnait d’une diminution de la
mortalité cardio-vasculaire et de la mortalité globale.
Ceci a amené certaines firmes de bureautique à
proposer des tables où l’on peut travailler debout !
La conclusion est simple : être actif de quelque façon
que ce soit, c’est ce qui compte ; un niveau minimum
est sans doute souhaitable, mais on peut être actif
sans s’en rendre compte !
voir les deux tableaux pages 18 et 19 de la brochure «mieux
manger, mieux bouger pour le plaisir et pour le cœur ».
||
journal de la
ligue cardiologique belge
vés
LC_Newsletter 12_dec2014_GDpublic_FR.indd 3
3/12/14 16:18
1,2 4,5,6,7,8
Powered by FlippingBook