COEUR & ARTÈRES - Décembre 2014 - N°4 - page 2

article médical
On sait depuis longtemps que la sédentarité est
préjudiciable pour la santé et qu’une activité
physique régulière, même modérée, est bénéfique,
notamment pour réduire le risque de maladies
cardio-vasculaires. Ainsi, une personne inactive voit
son risque d’infarctus multiplié par 2 par rapport à
une personne active.
La question qui vient immédiatement à l’esprit
est celle-ci : quel niveau d’activité physique faut-
il atteindre pour obtenir ce bénéfice en termes de
santé cardio-vasculaire ?
Un élément de réponse est venu d’une étude
américaine des années 80 qui a montré que la
dépense d’énergie provoquée par l’exercice physique
devait atteindre le seuil de
2000 kcal/semaine
pour produire une réduction significative du risque
d’infarctus. On avait alors calculé que 2000 kcal/
semaine, cela correspond à :
Ž
3 heures de jogging par semaine, ou
Ž
30 à 40 minutes de marche quotidienne à vive
allure (qui essouffle un peu…), ou
Ž
1h15 de marche quotidienne à allure
« normale » (3-4 km/h)
Ensuite, certaines études ont montré que le bénéfice
était d’autant plus grand que le niveau d’activité
physique était plus intense, d’où le conseil de
pratiquer si possible des
sports d’endurance
tels
que cyclisme, jogging, natation, ski de fond etc.
Pourtant, d’autres études ont de leur côté suggéré
qu’une activité physique
trop intense
pouvait à son
tour devenir délétère. il y a bien sûr l’exemple de
ces morts subites pendant la pratique sportive de
jeunes athlètes, mais il s’agit là souvent d’anomalies
cardiaques préexistantes et méconnues. Puis,
on s’est aperçu que certains troubles du rythme
cardiaque étaient particulièrement fréquents chez
d’anciens athlètes professionnels après l’arrêt de
la compétition, d’où l’idée que « te veel is te veel »,
que trop de sport peut fatiguer le cœur… ici, on
n’insistera jamais assez sur l’importance d’une
bonne préparation et la connaissance de ses propres
limites. Attention au papy qui veut absolument gagner
le match de tennis contre son fiston, cela explique
certaines morts subites sur les courts. Attention aux
personnes habituellement peu sportives qui croient
que quelques séances de jogging pendant 2 à 3
semaines leur permettront de participer sans risque
aux 20 km de Bruxelles : bon an mal an, au moins un
décès est enregistré lors de cette compétition !
l’activité PHYsique: mise au Point
C
M
J
CM
MJ
CJ
CMJ
N
Prof. Em. Christian Brohet
2
journal de la
ligue cardiologique belge
coeur & arteres
journal de la ligue
cardiologique Belge
président d’honneur:
M. Jean-Pierre Willaert
président-directeur Général:
Dr Freddy Van de Casseye
administrateur délégué:
M. Thierry Pierard
comité scientifique:
Dr Luc Missault (AZ sint-Jan,
Brugge), président
Prof. G. De Backer (UGent)
Dr. J. De smedt
Prof. L. Pierard (ULg)
Prof. D. schoors (VUB)
Prof. J.L. Vandenbossche (ULB)
Prof. F. Van de Werf (KUL)
Prof. J.L. Vanoverschelde (UCL)
Prof. C. Vrints (UA)
comité de rédaction:
Dr Jean-Claude Lemaire
Dr Luc Missault
Prof. Em. Christian Brohet
Prof. Em. Pierre Block
Prof. Em. Denis Clément
Dr Freddy Van de Casseye
Cécile Gasparri
editeur responsable:
Dr Freddy Van de Casseye
Rue des Champs Elysées, 63
1050 Bruxelles
Abonnement Annuel: 15
BE25 001-2637824-82
Dons (déductibles fiscalement à
partir de 40
)
BE77 001-0249547-42
Dit tijdschrift verschijnt eveneens
in het Nederlands
(«Hart & slagaders»)
La Ligue Cardiologique Belge
n’engage aucune responsabilité
quant aux publicités.
liGue cardioloGiQue BelGe
Rue des Champs Elysées, 63
1050 Bruxelles
Tél.: 02/649 85 37
Fax: 02/649 28 28
info
@
liguecardioliga.be
Tous droits de reproduction réservés
LC_Newsletter 12_dec2014_GDpublic_FR.indd 2
3/12/14 16:18
1 3,4,5,6,7,8
Powered by FlippingBook